Réforme de l'Éducation

Est-ce qu'il y a quelqu'un dans la salle qui peut expliquer ce qu'est la réforme de l'éducation?
Tabarslack, Je pête une coche.

Est-ce qu'il y a quelqu'un dans la salle qui peut expliquer à notre ministre de l'éducation ce qu'est la réforme de l'éducation?
Et, en passant, il faudrait aussi que cette personne l'explique aussi au restant de la population du Québec! Ça fait assez longtemps qu'on en entend parler, que tout le monde chiale et pleurniche dessus, sans savoir ce que c'est. Il est où le Défenseur de la réforme? Piaget, éclaire-nous!

Je suis aussi tanné que dès qu'on parle de quoi que ce soit dans notre société, en passant par les accommodements religieux et les gangs de rue, on accuse la réforme, écorchant au passage les enseignants et enseignantes.

Je vais ici, ce soir, jeter mon pavé dans la marre et aussi donner mon point de vue, comme tout le monde, une fois pour toutes. Après je n'en reparlerai plus. (peut-être! Happy )

D'abord qu'est-ce que la réforme?

Pour faire simple, je vous laisse deux choix:

1. Enseigner les 'connaissances' telle qu'on le faisait à l'époque médiévale, ou
2. Utiliser ce que nous avons appris dans les dernières centaines d'années en sciences cognitives, neuro-psychologie, et dans les découvertes de la science moderne afin d'améliorer notre façon d'enseigner.

Le choix est aussi simple que cela. Et la réforme est la seconde branche de l'alternative.

Depuis Charlemagne, il y a eu la Renaissance, l'époque des lumières, Copernic, Galilée, Freud, Piaget, Wilber, et d'innombrables autres! On sait aujourd'hui qu'il y a plusieurs formes d'intelligence, plusieurs méthodes d'apprentissage, plusieurs types de personnalité, et nous avons chacuns nos forces et nos faiblesses en celles-ci. Peut-on juste intégrer les connaissances que nous avons acquises sur la psychologie et le cerveau humain afin d'avancer un peu en tant qu'humanité dans notre apprentissage de qui nous sommes et des connaissances générales?

Et je passe outre le fameux débat sur le sens de l'éducation: doit-on fabriquer un meilleur employé ou former un meilleur être humain?

Quand j'entend notre Ministre balayer du revers de la main les efforts acharnés de nos enseignants pour essayer d'appliquer la réforme (qui a été très mal communiquée à ceux-ci, en passant) et les efforts louangeables des fonctionnaires de l'Éducation pour venir dire que ce sont les parents qui ont raison, je me sens réduit à de la marchandise électorale de masse à qui il faut plaire coûte que coûte, peu importe le prix futur à payer, pourvu que quelqu'un se fasse ré-élire pour un autre mandat.

Les parents voulaient des évaluations avec des chiffres? Donnons-leur. Ils veulent des dictées? Donnons-leur. Il ne faut surtout pas aller à rebrousse-poil de la marchandise électorale. Mais quelqu'un peut-il expliquer à ces mêmes parents que les chiffres ne veulent pas dire grand chose. Que la dictée n'apprend pas à saisir l'histoire d'un livre - ce qui est l'essence de la lecture - ni à exprimer correctement nos idées - ce qui est l'essence de l'écriture. Tu veux des chiffres pour l'évaluation de ton enfant? OK, il a 88%. Content? Va te péter les bretelles auprès de tes voisins et de ton beau-frère au party de Noël. Ne serait-il pas mieux pour ton enfant que tu saches qu'il a de la difficulté à comprendre ce qu'il lit? Au moins tu sauras quoi faire - passer du temps avec lui et lire avec lui. N'aimerais-tu pas savoir qu'il a peut-être de la difficulté à lire mais qu'il a une imagination hallucinante pour les histoires? Mais non, tu veux une note. 75%. Content? À ce titre, rétablissons aussi la peine de mort, une majorité y est peut-être favorable. Et s'il n'y a pas de majorité, on n'a qu'à faire un blitz média avec quelques victimes... Du pain et des jeux avec ça?

La réforme permet d'aller au-delà des chiffres et de ramener l'éducation à ce qu'est l'être humain... un être humain. Pas une série de chiffres.

Ah oui, en passant, ton deuxième enfant chérie, il a eu 32% en géographie. Que vas-tu faire pour l'aider? Tu n'en a aucune idée parce que ce que tu veux savoir comme parent c'est qu'il n'y a pas de problème, ou que ses problèmes sont acceptables. Mais un 32% en géographie te dit-il qu'il trippe sur la géographie physique et que l'examen formel et normalisé que tu voulais était à côté de l'incroyable intelligence que ton enfant possède mais qu'on n'avait pas identifié il y a 1200 ans? Ah oui, en passant, il avait un rhume à son dernier examen...

Pis tant qu'à parler de réforme, allons au bout.

Confierais-tu ton bien le plus précieux à quelqu'un sans t'arranger pour qu'il excelle dans la gestion de ton bien? Qui osera dire ici que nos enfants ne sont pas notre plus précieux investissement? On demande à nos enseignants de se dépasser - et la plupart mettent d'innombrables heures non payées pour nos enfants, et on leur donne un salaire de pitié. Pire, on leur crache dessus à la première occasion, ou on les accuse des pires maux sociaux dont NOUS sommes responsables. Va-t-on finir par reconnaître la profession d'enseignant et la valoriser à sa propre valeur???

On juge une société à l'importance qu'elle accorde, entre autre, à ses enfants. Et nos enseignants sont ceux qui préparent non seulement notre société de demain, mais aussi le lit dans lequel on reposera au soir de notre vie. Espérons que nos enfants, qui s'occuperont alors de nous, voudront savoir plus de nous qu'une simple note sur notre bulletin de vie. Parce que, laissez-moi vous dire, il y en a une gang qui ne passeront pas.