Arbre de Noël?

Imaginez un monde, loin dans le passé, saturé de superstitions et de croyances de toutes sortes basées sur des anecdotes.
Imaginez un monde, loin dans le passé, saturé de superstitions et de croyances de toutes sortes basées sur des anecdotes. Une époque où les humains avaient le temps d'imaginer des histoires et de bonifier la tradition orale. Un monde où la connaissance des phénomènes naturels était très limitée, voire absente. Ce monde était un monde magique, peuplé de dieux, de potions et de rituels. Un monde de peur.

Dans ce monde, on remarquait que le soleil, source de vie, lumière du monde, pourvoyeur de chaleur et de sécurité, décroissait, devenait de plus en plus faible de jour en jour, jusqu'à un certain moment de l'année ou le soleil s'arrête de descendre - le solstice (le mot solstice provient de deux mots latin; "sol", qui veut dire soleil, et "stare" qui signifie arrêter). Les feuilles tombaient. Les arbres et les fleurs mouraient. Toute la nature se figeait. Toute? non! Certains arbres résistaient. Certains arbres, malgré la déchéance du soleil, gardaient leur couleur verte. Ils demeuraient vivant contrairement à tout le reste de la nature qui se flétrissait. Ces arbres, dans l'esprit des habitants de ce monde, avaient sûrement de quelconques propriétés magiques! Cet arbre ne meurt pas, il est éternel! Alors on imagina:

Si j'apporte des branches de cet arbre magique chez moi, cela va sûrement avoir un bienfait pour les miens - cela va nous aider à conserver la vie au moment où le soleil est à son plus bas.

Certains allaient même jusqu'à ajouter des figurines de leur dieu préféré à ces branches vertes. Bien sûr, on ne prélevait que quelques branches - couper un tel arbre eut été un dévastateur sacrilège.

Alors, lentement émergea le rituel de décorer sa maison avec des branches de sapin, de palmier (en Égypte) ou d'un quelconque arbre vert (dans la Grèce antique) au solstice d'hiver.

Là semble être l'origine lointaine, et païenne, du sapin de Noël.