Flaque de boue?

Je me suis dit que j'allais essayer de photographier quelque chose de banal, ou quelque chose normalement considéré comme non-inspirant ou laid. J'allais essayer de faire ressortir la beauté de ce qui est négligeable, anodin, voire tout simplement inintéressant.
J'ai fait une expérience photographique intéressante cette fin de semaine-ci.

Les arbres aux coloris automnaux et la superbe température ensoleillée de samedi m'ont immanquablement fait prendre l'air ce week-end. Bien-sûr, photographier les couleurs et la beauté de notre automne - quelle superbe saison! - était de mise. Mais je voulais aller juste un peu plus loin.

Je me suis dit que j'allais essayer de photographier quelque chose de banal, ou quelque chose normalement considéré comme non-inspirant ou laid. J'allais essayer de faire ressortir la beauté de ce qui est négligeable, anodin, voire tout simplement inintéressant.

La table était mise.

Marchant dans un chemin de bois, avec ce soleil radieux, je me suis arrêté à une simple flaque de boue. J'ai regardé, faisant quelques pas de côté, de reculons, revenant... (Ah oui! Autre contrainte que je me suis donnée: je ne voulais prendre qu'un cliché par banalité). Je voilà! Un seul cliché sur cette flaque de boue jonchée de quelques feuilles. L'information de base était capturée.

Arrivé à la maison, un traitement de base de l'image révèle l'image finale.



Je fus surpris par le résultat.

J'étais loin de croire qu'une image intéressante pouvait émerger d'une simple flaque de boue. En regardant l'image de plus près (en pleine grandeur sur mon moniteur), toute la subtilité des couleurs et des tons prenaient vie, les jeux de contrastes et de luminosité surprenaient.

Combien de fois suis-je passé à côté d'images exceptionnelle seulement parce que je n'étais par dans le bon état d'esprit ou que mes 'contraintes' étaient de photographier ce qui me paraissait à priori beau? Le regard du photographe doit surpasser la simple vue. Et, à bien y réfléchir, c'est tellement similaire envers les autres êtres humains que je croises... Combien de mes semblables croisai-je sans même prendre conscience d'une richesse qui ne m'est pas accessible au premier - ni même au second - regard?

Comme j'aurai écrit plusieurs fois finalement, comme autant de Mozarts...