Mondialisation (l'une et l'autre)

Depuis quelque temps (devrais-je plutôt écrire 'années'), je m'intéresse à la Mondialisation et à l'économie internationale. Je crois bien avoir compris un peu plus pourquoi ce matin.
Au risque de répéter une profession de foi faite dans d'autres blogs précédents, je crois qu'il y a un sens à l'existence de l'être humain, que Theillard de Chardin avait raison quand il parlait de Point Oméga (point de convergence de la Vie et de l'Univers). Je réalise plus clairement ce matin que la globalisation s'inscrit dans la lignée de l'Évolution. Mais pas cette globalisation uniformisante et impérialiste, celle du G8, mais cette autre mondialisation, celle des idées, des cultures, de la gastronomie... Bref, cette autre mondialisation qui, en se faisant, enrichi tous les participants et non seulement les plus riches.

Les arguments pour et contre la mondialisation telle que promulguée par les multi-nationales et les pays riches peuvent être résumés ainsi:
Mondialisation du G8:
Arguments POUR:
1. Ouverture a de nouveaux marchés -> augmentation des profits
2. Compétition plus globale -> le client y gagne car plus de choix, meilleure qualité
3. Circulation des idées, des technologies, de l'argent et des personnes (à une moindre échelle)
Arguments CONTRE:
1. Pertes d'emplois
2. Apauvrissement de la classe moyenne et enrichissement de la classe riche
3. Exploitation de ma main d'oeuvre et de l'environnement dans les pays pauvres (travail des enfants)
4. Les globalisateurs n'ont que le point de vie économique, négligeant les aspects sociaux et humains
Il est clair que chez les partisants mondialistes, les règles ne sont ni énoncées, ni claire, et personne ne sait vraiment comment elle va se faire? De plus, à date, les méfaits du FMI sont loin d'être convainquant et les mondialistes veulent aller trop rapidement. Par contre, les anti-mondialistes ont un discours confus, multiple et regroupent des intérêts diversifiés, ils sont trop radicaux, apparemment sans arguments rationnels, il n'exposent pas clairement et systématiquement leurs arguments et revendications et, finalement ils sont plus confrontateurs que constructeurs.

La globalisation aura lieu, elle est, à mon avis, inévitable. Puisqu'elle s'inscrit dans le cheminement de ce point oméga de Theillard. Theillard parlait de géosphère, de biosphère (on lui doit ce mot) et de noosphère (on lui doit asussi ce mot d'ailleurs). Mais on doit la regarder avec un oeil nouveau.

Aujourd'hui je peux lire des poêmes millénaires Afghans, savourer des mets Sino-Cubains en Californie, voir du théâtre Slovaque, converser sur internet avec des résidents d'Israël, acheter un Tangka et des coupures de papier fin de Hong-Kong via ebay... c'est cela la mondialisation, celle pour laquelle je vote. Ce n'est pas celle de la concurrence des travailleurs afin de diminuer les coûts de production ou celle dont le but est de vendre des cigarettes sur les marchés sub-Sahariens. La mondialisation que j'entrevois en est une de collaboration, d'échanges, à l'échelle humaine et profitable à tous.


La mondialisation doit être équitable, sinon, elle doit attendre que nous soyons prêts comme espèce afin de l'être.