Vote de l'A.N.

J'applaudis à la motion de l'assemblée Nationale du Québec d'interdire la création de tribunaux islamiques au Québec, et c'est loin d'être par aversion envers l'Islam - quelques uns de mes meilleurs Amis étant Musulmans - et ce genre d'Amis qui nous portent à croire que la Religion fonctionne tellement on les admire - indépendamment de l'interprétation ou de la contextualisation qu'on fait de certaines sourates. 
J'applaudis à la motion de l'assemblée Nationale du Québec d'interdire la création de tribunaux islamiques au Québec, et c'est loin d'être par aversion envers l'Islam - quelques uns de mes meilleurs Amis étant Musulmans - et ce genre d'Amis qui nous portent à croire que la Religion fonctionne tellement on les admire - indépendamment de l'interprétation ou de la contextualisation qu'on fait de certaines sourates.

La raison de mon approbation du vote de mon assemblé est simple: il ne peut y avoir deux poids deux mesures. Permettre de tels tribunaux aurait ouvert la voie à un déséquilibre qui aurait pu donner lieu à des pochettes de despotisme et de totalitarisme. L'argument dépasse de loin le contexte Islamique, il atteint le domaine Judaïque, Chrétien, et celui d'élans sectaristes. Devrais-je rappeler la sordide histoire de Rock "Moïse" Thériault? L'interdiction de tribunaux islamiques est en fait non pas une interdiction, mais plutôt l'affirmation d'une justice qui se veut plus égalitaire, ouverte et rafraîchissante. Ce n'est pas l'énonciation d'une politique anti-islamique, mais l'énonciation positive de l'espoir totalement humain de la possibilité de vivre libre des croyances et des pressions des autres. Un Juif ou un Musulman accepterait-il de vivre sous un joug légal et totalitaire Chrétien? (Permutez les religions dans cette question afin d'en explorer toutes les possibilités). Le système légal doit demeurer laïque... agnostique... oeucuménique.

Le respect de l'humain lui-même doit passer avant le respect de ce à quoi il croit.