Cabane de La-Rémi

Cette cabane a dû servir à remplacer les fers à des chevaux transportant les espoirs écrits dans des lettres destinés à des amants lointains, elle a dû être témoin des bruits de vie de forgerons qui ont vécu dans un monde totalement différent du mien mais avec qui je partage tant d'espoirs de bonheurs et de souffrances!


Ce matin-là, le soleil printanier faisait ressortir toutes les subtiles teintes du bois vieilli par les intempéries, les hivers et la chaleur du soleil. La beauté réside tellement souvent dans les effets du passage du temps, mais nous vivons dans cette société où la verte jeunesse prévaut tellement sur celle de la sage expérience. Le temps n'a pas toujours des effets néfastes...

Cette cabane a dû servir à remplacer les fers à des chevaux transportant les espoirs écrits dans des lettres destinés à des amants lointains, elle a dû être témoin des bruits de vie de forgerons qui ont vécu dans un monde totalement différent du mien mais avec qui je partage tant d'espoirs de bonheurs et de souffrances! Quelqu'un a jadis construit cette cabane par un chaud été. Cette personne a aimé, a pleuré, à rit a pleine dents. Que de moments dans des teintes de bois vieillit.

Quand je suis repassé, une année plus tard, au même endroit, la cabane avait disparue, non pas sous l'effet du vent où de la neige de l'hiver précédent, mais sous le joug d'une main. Quelqu'un avait jugé que du vieux bois pourri devait faire place à de nouvelles idées, de nouveaux plans, quelque chose de neuf! Plus de 10 ans après avoir pris cette photo, rien n'a remplacé cette vieille cabane perdue au milieu d'un champs en friche. Tragédies, rires, peurs, peines, rien ne persiste de ces êtres humains qui ont coupé et assemblé ces quelques planches.

Tout est tellement éphémère... que le moment présent existe réellement. Et la photographie permet de le capturer quelque peu. Et c'est pourquoi j'aime la photographie.